Homéopathie Matériel-Médical Plantes Ordonnances Conseils Médicament Huiles-Essentielles Santé Hospitalisation Préparations

 

 

 

 
  Traitements de l'incontinence urinaire  


Traitements de l'incontinence urinaire

Il est important de consulter un médecin en cas de symptômes qui s’apparentent à de l’incontinence urinaire. Une fois le diagnostic posé, d’autres professionnels de la santé peuvent offrir une aide utile. Il peut s’agir d’une infirmière-conseil en incontinence ou d’un physiothérapeute spécialisé en rééducation de la vessie.

Le traitement varie en fonction de la cause et de la gravité de l’incontinence urinaire. S’il y a lieu, il faut, bien sûr, soigner la maladie qui cause l’incontinence, en plus de traiter les symptômes.

Alimentation

Voir la section Prévention pour en savoir plus sur les aliments à réduire ou à éviter.

Techniques comportementales

Ces techniques demandent généralement l’accompagnement d’un physiothérapeute ou d’un kinésithérapeute ou d’une infirmière. Certains se spécialisent dans les problèmes d’incontinence.

Certains exercices de rééduction sont reconnus pour améliorer le tonus des muscles du plancher pelvien (périnée). Tant les femmes que les hommes peuvent y recourir en cas d’incontinence à l’effort ou par impériosité. Ces exercices doivent être faits régulièrement pendant plusieurs semaines pour donner un résultat bénéfique. De 40 % à 75 % des femmes qui y recourent notent une amélioration de leur contrôle urinaire. Dans le cas des hommes, cette pratique est surtout employée après une ablation de la prostate (prostatectomie).

En renforçant les muscles du plancher pelvien, les exercices peuvent aussi améliorer le plaisir sexuel.

Biofeedback

Le biofeedback peut aider les femmes à mieux ressentir les contractions des muscles de leur plancher pelvien et à mieux les contrôler. Cette technique permet de visualiser sur un écran d’ordinateur la contraction et la relaxation des muscles durant la pratique des exercices. Cette visualisation, qui se fait à l’aide d’un senseur placé dans le vagin, amène à prendre conscience, d’une façon très précise, de l’intensité d’une contraction et de sa durée.

Rééducation de la vessie

Celle-ci peut se faire de différentes façons, selon le type d’incontinence urinaire.

  On peut retarder la miction.

  En cas d’incontinence par regorgement, on peut pratiquer l’exercice de la double vidange. Il consiste à uriner, puis à réessayer quelques minutes plus tard. Il permet d’apprendre à mieux vider sa vessie afin d’éviter un trop-plein d’urine.

  Électrostimulation
L’électrostimulation, ou stimulation électrique, consiste à insérer une électrode dans le vagin ou dans l’anus pour stimuler et tonifier les muscles du plancher pelvien. En associant cette méthode au biofeedback, on peut visualiser les contractions musculaires sur un écran d’ordinateur. Cela permet ensuite de mieux les sentir, donc d’arriver à les contrôler. Cette approche est habituellement réservée aux personnes pour qui les techniques comportementales sont inefficaces.

  Médication
Certains médicaments permettent de réduire les contractions de la vessie. Ils sont donc utiles en cas d’incontinence urinaire d’urgence.  En discuter avec son médecin.

  Un traitement local aux oestrogènes peut aider à réduire les symptômes pour certaines femmes au moment de la ménopause

  D’autres médicaments peuvent servir à traiter la maladie qui cause de l’incontinence urinaire, par exemple, des antibiotiques en cas d’infection urinaire.

Dispositifs et accessoires divers


  Dispositifs externes

Utilisez des protections adaptées à votre cas (plusieurs tailles, forme , modèles)
- Protège-slips et serviettes en cas de fuites peu abondantes.
- Protections anatomiques rectangulaires à glisser dans une culotte pour incontinence légère, moyenne ou forte.
- Culottes absorbantes.
- Changes complets qui se ferment par des adhésifs latéraux, plus pratiques pour les personnes alités.
- Alèzes pour protéger la literie.
- Protections spécifiques pour les hommes : les coquilles absorbantes à coller dans le slip et les étuis péniens.

Pensez aux aides techniques pour les personnes âgées ou handicapées :
- Rehausseurs de toilettes
- Bassins - Sièges garde-robe

  Dispositifs internes

Ils sont souvent utilisés en dernier recours.

- Cathéter. Il s’agit d’un tube souple et très mince relié à un sac externe. On insère le tube dans l’urètre, ce qui permet à l’urine d’être évacuée dans le sac. Dans certains cas, les patients peuvent apprendre à insérer et retirer le cathéter (3 ou 4 fois par jour), ce qui évite de porter un sac en permanence.

- Pessaire. Le médecin introduit un anneau rigide dans le vagin pour maintenir la vessie en place et l’empêcher de descendre. Il est utile pour les femmes qui ont une descente de vessie.

Chirurgie

Dans plusieurs cas, la chirurgie peut s’imposer. Chez la femme, elle sert le plus souvent à maintenir la vessie en place ou à la remonter lorsqu’il y a eu descente de vessie.

Voir aussi - Incontinence urinaire, qu'est ce que c'est? - Prévention de l'incontinence urinaire -

 
  Copyright © 2009 Pharmacie du Montmarin - Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net - Plan du site

Pharmacie du Montmarin - Vesoul pharmacie du Montmarin