Préparations Hospitalisation Plantes Médicament Santé Conseils Huiles-Essentielles Homéopathie Ordonnances Matériel-Médical

 

 

 

 
  Les différentes pilules contraceptives  


contraceptif oralLES DIFFERENTES PILULES CONTRACEPTIVES

 

Les pilules de première, seconde, troisième et quatrième génération font référence aux évolutions successives de la composition des contraceptifs oraux. Un éclairage sur leurs différences, avec une liste des pilules de 3ème et 4ème génération aujourd'hui disponibles. 
Différentes générations de pilules sont commercialisées en France aujourd'hui. 
Le terme de « génération » fait référence à l'évolution de leur composition et de leur dosage en oestrogènes et progestatifs dans le temps. 

Les pilules de première, seconde, troisième et quatrième génération font référence aux évolutions successives de la composition des contraceptifs oraux. Différentes générations de pilules sont commercialisées en France aujourd'hui. 

 

Pilule contraceptive : première, deuxième, troisième ou quatrième génération, quelles différences ?

Des pilules contraceptives de première, deuxième, troisième et quatrième générations sont actuellement commercialisées en France, le mot génération faisant référence à l'évolution de leur composition, et les risques associés à leur prise varient en fonction des versions.

La grande majorité des contraceptifs oraux sont des contraceptifs combinés contenant à la fois un oestrogène et un progestatif, qui sont des dérivés synthétiques de l'oestradiol et de la progestérone, deux hormones secrétées par les ovaires et impliquées dans le contrôle du cycle menstruel. C'est le progestatif qui est contraceptif, l'oestrogène étant seulement là pour rendre la prise plus confortable.

La pilule de 1ere génération fait référence aux pilules commercialisées dans les années 60 et qui contenaient de fortes doses d'oestrogène. Leurs effets secondaires incluaient le gonflement des seins, des nausées, des migraines et des troubles vasculaires. Il ne reste plus qu'une seule pilule de ce type disponible en France à l'heure actuelle, la Triella, dont le progestatif est la noréthistérone.

Les pilules de 2e génération, apparues dans les années 70 et 80, contiennent des progestatifs comme le lévonorgestrel ou le norgestrel qui ont permis de baisser les doses d'oestrogène et combattre certains des effets secondaires des pilules de 1e génération. Mais elles comportent toujours un petit risque de thrombose veineuse (phlébite ou embolie pulmonaire), notamment en cas d'antécédents familiaux. Les principales spécialités commercialisées sont Minidril, Adepal, Trinordiol. Le lévonorgestrel est également le composant de la pilule dite du "lendemain" Norlevo.

Les pilules de 3e génération ont été commercialisées à partir des années 90. Elles contiennent trois nouveaux progestatifs, le désogestrel, le gestodène et le norgestimate, qui étaient censés avoir moins d'effet androgénique et donc atténuer l'acné, tout comme la tolérance cardio-vasculaire. Mais des études ont montré qu'elles faisaient courir un risque d'accident thrombo-embolique deux fois plus élevé que les pilules de 2è génération.

Pilules de troisième génération : Carlin, Cilest, Cycleane, Desobel, Edenelle, EE/désogestrel Biogaran, EE/gestodène Actavis, EE/gestodène Arrow, EE/gestodène Biogaran, EE/gestodène EG, EE/gestodène Teva, EE/gestodène Ranbaxy, EE/gestodène Ratiopharm, EE/gestodène Sandoz, EE/gestodène Zentiva, EE/gestodène Zydus, EE/gestodène Winthrop, Efezial, Effiprev, Felixita, Harmonet, Meliane, Melodia, Mercilon, Minesse, Minulet, Moneva, Perleane, Phaeva, Sylviane, Triafemi, Tricilest, Triminulet, Varnoline, Varnoline Continu.

Les pilules de 4e génération sont les dernières à avoir fait leur apparition. Le progestatif le plus utilisé est la drospirénone (les spécialités les plus connues sont Jasmine et Yaz). Leurs effets secondaires sont globalement les mêmes que ceux des pilules de 3è génération.

Pilules de quatrième génération : Bélanette, Convuline, Drospirenone Ethinylestradiol Biogaran, Drospirenone Ethinylestradiol Biogaran continu, Jasmine, Jasminelle, Jasminelle continu, Rimendia, Yaz.


Comment savoir laquelle est faite pour nous ?

Nous sommes très nombreuses à opter pour la pilule comme moyen de contraception. Cependant, on recense plusieurs marques et types en pharmacies et on ne sait pas vraiment sur laquelle porter son choix. L’âge, la composition et le dosage de la pilule ainsi que son prix sont les principaux critères à prendre en compte.

Généralement après une consultation, on nous prescrit une pilule oestro-progestative minidosée. En effet, elle est bien tolérée par notre corps et ce, à tout âge. Il ne faut surtout pas oublier qu’avant de se décider à commencer la pilule, une consultation préalable chez son gynécologue est indispensable. On pourra ainsi être orientée vers une marque et une composition adaptée à nos besoins et à notre corps.

 

Quels sont les facteurs de risque ?

Tous les contraceptifs oraux œstro-progestatifs entraînent une augmentation du risque d'événement thromboembolique veineux, d'infarctus du myocarde et d'accident vasculaire cérébral.

Le taux de thromboses artérielles est légèrement augmenté par les pilules, quelle que soit leur génération. En l'absence d'autre facteur de risque (hypertension, diabète, tabac...), ces accidents graves restent toutefois rares chez les femmes en âge de procréer.

Les risques de phlébite et d'embolie pulmonaire dépendent aussi de la dose d'œstrogène, mais surtout de la nature du progestatif et d'autres facteurs : âge, tabagisme, anomalies de la coagulation... Dans la hiérarchie des risques, l'association tabac et pilules est la plus dangereuse. Après 35 ans, la pilule est fortement déconseillée aux femmes qui fument.

Quel que soit le contraceptif, le danger est maximal dans la première année d'utilisation, mais son niveau est fonction du progestatif : le risque relatif atteint 5,58 pour les pilules avec du désogestrel (3e génération), et même 7,9 pour celles avec de la drospirénone (4e génération). L'acétate de cyprotérone, progestatif du médicament Diane 35, commercialisé comme anti-acnéique, multiplie le risque par 6,68.

 

Votre médecin vous a recommandé un contraceptif oral; quelques règles simples sont à observer :

- ne pas fumer 

- faire contrôler sa TENSION ARTERIELLE tous les trois mois 

- faire contrôler tous les ans sa GLYCEMIE , ainsi que le dosage du CHOLESTEROL et des TRIGLYCERIDES sanguins 

- faire faire un FROTTIS VAGINAL tous les deux ou trois ans, voire plus souvent en cas de facteurs de risque.

 

Seul votre médecin est habilité à vous prescrire la pilule qui vous convient en fonction des éventuels facteurs de risques et de votre âge.

 

 

 

 

 
  Copyright © 2009 Pharmacie du Montmarin - Tous droits réservés - Réalisation Torop.Net - Site mis à jour avec wsb.sw4torop.net - Plan du site

Pharmacie du Montmarin - Vesoul pharmacie du Montmarin